«Glisser sur l’eau en paddle: une sensation magique!»

«Glisser sur l’eau en paddle: une sensation magique!»

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est le stand-up paddle?

Valérie: Le stand-up paddle, ou SUP, ou tout simplement paddle, est un sport nautique qui consiste à pagayer debout sur une planche et à glisser sur l’eau. Une sensation magique!

Maurus: Je ne peux qu’approuver! Ce sport très en vogue est en train de devenir un véritable loisir de masse. Les gens sont de plus en plus séduits par le stand-up paddle car c’est une activité simple, bienfaisante et qui se pratique presque partout.

Vous voulez dire que tout un chacun peut se mettre au paddle?

M: Absolument. La technique de base s’acquiert en très peu de temps et il n’y a quasiment aucune limite d’âge. Dès qu’un enfant sait nager, il peut monter sur une planche, tenir une pagaie et se déplacer. Même chose pour les seniors: tant que la personne a de bons appuis et qu’elle se sent bien dans l’eau, elle peut pratiquer le SUP. L’intensité se régule par la vitesse de pagayage. En outre, c’est un sport très doux pour l’organisme car il n’entraîne pas de chocs.

V: Effectivement, je donne souvent des cours à des personnes d’un certain âge et elles me donnent l’impression de beaucoup s’amuser. Pour ces personnes-là, le SUP est idéal car la position debout sur la planche fait travailler le corps tout entier. Cela a pour effet d’améliorer l’équilibre et de tonifier l’ensemble des muscles.

Voilà plusieurs années que le paddle fait fureur en Suisse. Mais quelle est l’origine de ce sport?

M: Le stand-up paddle est un moyen de transport très ancien. Les peuples traditionnels le pratiquaient il y a longtemps déjà dans plusieurs régions du monde, en mer notamment. Ils partaient pêcher debout dans des barques en paille et se propulsaient au moyen d’une canne de bambou fendue en deux. Le paddle en tant que sport est né à Hawaï au début des années 2000. Les moniteurs de surf et de sports nautiques ont commencé à se mettre debout sur leur board, la pagaie à la main. De cette façon, ils se déplaçaient plus vite d’un élève à un autre et avaient une meilleure vision d’ensemble. Ils ont alors remarqué que cette technique sollicitait leur corps différemment. Car le stand-up paddle fait travailler tous les muscles, du cou à la pointe des orteils.

Vous suggérez tous les deux que le SUP nécessite de fournir un certain effort, en particulier pour garder l’équilibre. Quels résultats obtient-on avec ce type d’entraînement?

M: On produit un effort symétrique, ce qui est un avantage considérable. Dans la vie quotidienne, nous effectuons des gestes le plus souvent asymétriques, par exemple au téléphone, au bureau, et dans de nombreux sports de balle. A l’inverse, le paddle oblige à pagayer alternativement des deux côtés. Autre point positif, le mouvement ne part pas des bras mais du bas du dos, ce qui renforce les muscles stabilisateurs de la colonne lombaire et de l’abdomen. C’est très bénéfique pour les personnes qui s’adonnent à d’autres sports ou qui ont une activité sédentaire.

Le stand-up paddle m’évoque surtout un sport calme et apaisant. Existe-t-il une version pour les fous d’adrénaline?

V: Bien sûr! En paddleboard, les possibilités sont illimitées. Si vous aimez l’action, essayez le SUP freestyle. Vous apprendrez à exécuter des figures comme des demi-tours ou des tours complets. Le yoga SUP et le polo SUP sont d’autres variantes intéressantes.

M: Tout à fait. Le SUP peut aussi très bien se substituer à une séance de jogging, une sortie en vélo ou une course d’endurance. Sur une planche de vitesse, un pagayeur rapide peut facilement parcourir 10 kilomètres en une heure. Le SUP est aussi un bon cardio-training.

Si j’ai envie de me lancer tout de suite, quelle est la meilleure option?

V: C’est de s’adresser à un centre de SUP où vous pourrez prendre un cours d’initiation. L’idéal est de choisir un lac pour débutants. Je recommande vivement de suivre un cours pour acquérir la bonne technique dès le départ. Vous serez plus efficace sur l’eau et prendrez donc plus de plaisir. Par la suite, vous pourrez essayer différentes planches et tester des variantes de SUP pour trouver le style qui vous convient.

M: Il importe aussi de connaître les règles de navigation. Elles vous seront présentées dans un cours. Par ailleurs, je recommande toujours aux intéressés d’essayer d’abord différentes planches et de bien se faire conseiller avant d’acheter un board de qualité adapté à leurs besoins.

Puis-je pratiquer le stand-up paddle en automne et en hiver? Ou est-ce uniquement un sport d’été?

M: Pas du tout, on peut faire du stand-up paddle toute l’année, sauf quand l’eau est gelée. Avec le bon équipement, c’est toujours un plaisir de glisser sur l’eau, même par temps froid. En hiver justement, le lac est plat comme un miroir et c’est extraordinaire.

V: C’est vrai. De plus, dans l’arrière-saison, on est souvent seul sur l’eau et la brume crée une atmosphère mystique.

Quelques mots sur Valérie Gardel, de love-sup Valérie Gardel a fondé love-sup en 2015 afin de faire connaître le SUP, partager sa passion pour l’eau et les sports nautiques et améliorer le niveau général de pratique. Elle est monitrice de SUP à Richterswil depuis 2013 et intervient aussi depuis peu au centre Indiana SUP de Wädenswil (ZH). love-sup propose une offre variée qui va de l’initiation pour débutants complets aux leçons de perfectionnement pour les plus chevronnés. Ces prestations sont complétées par des coachings individuels, des événements d’équipe, des cours de fitness, yoga et Pilates SUP, ainsi que de la méditation SUP et des cérémonies SUP. Pour plus d’informations: love-sup

A propos de Maurus Strobel, d’Indiana SUP Maurus Strobel est ancien champion du monde et ancien champion d’Europe de slalom en skateboard, et féru de stand-up paddle. Il est directeur de la marque suisse Indiana SUP fondée en 2010, et enracinée dans l’univers du skateboard depuis 30 ans. Indiana SUP est une équipe de passionnés de sports nautiques, qui vend et loue des planches, pagaies et accessoires dans le monde entier. En savoir plus.